De père en fille, passionnément Poilâne… for ever

(c) coco jobard

(c) coco jobard

Cette miche de pain subliment décorée avec amour en forme de gerbe de blé d’une envolée de coeurs par le maître boulanger de Poilâne me rappelle tant de beaux souvenirs !

C’était l’époque où je venais travailler aux côtés de Lionel Poilâne pour lui commander des miches de pain décorées sur mesure pour d’innombrables photos de natures mortes.

Son insatiable curiosité, son enthousiasme, sa créativité, notre joyeuse complicité, je m’en souviens encore. Lionel Poilâne me communiquait alors avec sa passion pour le pain.

Un univers que j’ai découvert grâce à lui. À ce moment-là, à la campagne, j’avais un antique four à pain et je faisais mon pain, à la main, un pétrissage vigoureux d’environ 40 minutes ! Fallait aimer cela mais quel plaisir c’était !

Généreux, Lionel m’avait offert son levain (le levain, c’est un morceau de pâte de la fournée). À chaque fournée, j’en prélevais  une part.

(c) coco jobard

(c) coco jobard

Accolé à la boulangerie, le bureau où l’on travaillait avec Lionel est identique. Certains tableaux ont été changés de place, m’a dit Apollonia Poilâne. Et le lustre en pain, est-ce le même ?

(c) coco jobard

(c) coco jobard

On dirait une sculpture en pierre mais non, je m’approche, c’est un pain. Un magnifique pain de seigle à la farine broyée à la meule de pierre. Griffé de la main du maître boulanger, comme une oeuvre d’art.

D’ailleurs, me diriez-vous, que ferait une sculpture sur les rayonnages d’une boulangerie où s’alignent les miches !

(c) coco jobard

(c) coco jobard

Divines ! Depuis toujours les meilleurs tartelettes aux pommes de Paris. à la pâte feuilletée bien sûr, dorée et croustillante à souhait ! Hum !

(c) coco jobard

(c) coco jobard

En vitrine, une ribambelle de brioches dodues, généreuses et moelleuses. Achetez-les la veille pour les toaster le lendemain, c’est bien meilleur.

Tartinez chaque tranche de brioche de beurre, poudrez-les d’un voile de sucre à la vanille, à la rose, à la cannelle, nature… à ce que vous voulez et glissez-les sous le gril chaud du four ! Savourez à la sortie du four !

À tomber!

(c) coco jobard

(c) coco jobard

Des petites cuillères en pâte sablée crées par Apollonia Poilâne, une délicieuse idée très très gourmande !

Posez-les en clin d’oeil coquin sur la soucoupe d’un café, d’un thé, c’est fun !

Un joli cadeau à faire avec les fourchettes qui, elles, sont en pâte à biscuit salé pour piquer dans du tarama, du tzatziki, de l’houmos, enfin dans ce que vous préférez.

Très raffinée, chaque cuillère est enveloppée dans du papier cristal à déchirer.

(c) coco jobard

(c) coco jobard

Apollonia Poilâne a hérité de la passion du pain transmise par son père Lionel, elle a toujours su qu’elle voulait en faire son métier. Le plus beau métier artisanal du monde.

Fidèle depuis Lionel à la caisse de l’après-midi, toujours avenante, Bertrice aux côtés d’Apollonia.

(c) coco jobard

(c) coco jobard

À un pas et demi de la boulangerie du Cherche-Midi, la Cuisine de Bar crée par Lionel Poilâne et son épouse Ibu qui l’a décoré de façon avant-gardiste, des lignes pures, du bois blond, une atmosphère légère et conviviale.

Des petits déjeuners tartines et tout au long de la journée, une pause avec une quinzaine de tartines au choix toutes aussi tentantes les unes que les autres.

J’ai beaucoup aimé la tartine au saumon fumé, le pain tiède si croustillant.

(c) coco jobard

(c) coco jobard

La tartine du jour, au poulet, curry, ananas. On s’est régalées avec Apollonia.

(c) coco jobard

(c) coco jobard

En vitrine de la Cuisine de Bar, je demande à Apollonia qui a fait ces objets. « C’est maman qui les a faits, elle les a appelés ‘les vases Cul’, me répond-elle, les yeux rieurs. Ils sont aussi exposés dans sa galerie au Palais-Royal. »

Ibu Gallery
11 Rue de Valois, 75001 Paris
01 42 60 06 41

(c) coco jobard

(c) coco jobard

Mon amie Astrid achète son thé préféré chez Poilâne, dans la boutique du Marais. Aux graines de sarrasin ! Je l’ai goûté, j’adore !

(c) coco jobard

(c) coco jobard

Très simple, quatre ingrédients seulement et voici une miche siglée du « P » de Poilâne :

  • de la farine de blé broyée à la meule de pierre
  • du sel de Guérande
  • le précieux levain
  • de l’eau

Toutes les adresses, tous les horaires des quatre boutiques parisiennes Poilâne sont ici.
Vous n’êtes pas parisien ? Tous les produits Poilâne sont vendus, à l’unité, dans la boutique en ligne.

La Cuisine de Bar propose deux adresses parisiennes et, comme la boulangerie, une à Londres. Tous les détails sont ici. 

2 réflexions sur “De père en fille, passionnément Poilâne… for ever

  1. la même modestie l’amour du travail bien fait je ne sais pas si apollonia comme son père aime la poésie lui en était fou dès qu’il trouvait même de petits ouvrages il me les envoyait soulignant tels ou tels passages du firmament réunis avec Ubu muse de toujours ils doivent regarder avec fierté le parcours commun des 2 soeurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s